En tête A voix autre
RECHERCHER

Cont@cter A voix autre
Accueil du site > A VOIX AUTRE > Le nationalisme, c’est la guerre
Article publié le 20 novembre 2008.



PRESENTATION

Une voix sans maître

Où trouver « A voix autre »
Exemplaire gratuit et abonnement

Des bras, des plumes et quelques kopecks


EDITO
Tandis que le Kosovo a imposé son indépendance à la Serbie en février 2008 avec le soutien de quelques pays occidentaux, l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie cherchent à s’affranchir de la tutelle de l’Etat géorgien, avec l’appui de la Russie. On sait ce qu’il est advenu en août 2008 : une conflit militaire qui a peu à peu glissé vers la guerre civile et son cortège d’abomination.
Joseph Yacoub, professeur de science politique à l’Université catholique de Lyon, spécialiste des minorités et des conflits ethniques, rappelait dans « Le Soir » du 25 septembre 2008 que : « Du côté européen comme du côté russe, cette politique de reconnaissance de micro- Etats est dangereuse, car elle ouvre grande la porte de l’exacerbation des micro-nationalismes, de la montée des forces centrifuges et de la fragmentation. « Il faut savoir que notre planète est un conglomérat d’innombrables minorités nationales et ethniques, culturelles, religieuses et confessionnelles, linguistiques, nomades, territoriales, non territoriales, indigènes, autochtones, tribales... Il existe plus de 7500 peuples, environ 6700 langues, un grand nombre de religions et de croyances pour seulement 195 Etats. Et l’on assiste partout à une multiplication des mouvements minoritaires d’une manière significative. En l’espace de quelques décennies, la configuration ethno-géographique du monde et la répartition spatiale des populations se sont considérablement modifiées. Le nombre d’Etats a nettement augmenté en un temps historique relativement court. Ce problème n’intéresse pas seulement un continent, il intéresse toute la planète, y compris l’Europe occidentale. « C’est que sous les Etats, il existe partout des minorités. Chaque formation étatique a laissé sur ses marges des personnes et des communautés minorisées en mal d’assimilation. Tous les Etats ont sur leur territoire des groupes de personnes caractérisées par leur propre identité ethnique, culturelle et religieuse. Et tout Etat qui naît crée à son tour ses minorités. « Notre monde se trouve désormais confronté à des logiques nationalistes qui s’opposent et s’excluent mutuellement autour de l’autonomie, du principe d’autodétermination, des frontières ethniques et de l’intégrité territoriale. » Aucune solution ne viendra de la multiplication des Etats. Aussi, cette brochure critique la notion de territoire tout comme celle de nation et interroge le fédéralisme comme alternative. Ce numéro d’« A Voix Autre » n’a pas la prétention d’épuiser ici le débat. Il renvoie d’ailleurs vers des ouvrages qui traitent plus longuement de la question. La brochure se veut avant tout un outil à partager. Elle aborde donc des pistes pour lutter contre le nationalisme. Et propose quelques ouvrages pour prolonger la discussion dans les groupes. En espérant oeuvrer à la construction d’un monde sans patrie ni frontières...

LIVRES PRESENTES DANS CE NUMERO

 TOUS LES NUMEROS

  1     2     3     4     5     6  
  7     8     9     10     11     12     13     14     15     16          
  13     14     15     16                 19     20          


VISITE PAR SUJETS


Associations
Courant de pensée & Religion
Ecologie
Economie & Société
Localisation
Lutte & Action
Politique
Soutien
Version papier


VISITE PAR RUBRIQUES


A VOIX AUTRE
AGENDA
ARTICLES
BREVES
CAMPAGNES PERMANENTES
DANS LA POCHE GAUCHE
MEDIAS LIBERTAIRES
PRESENTATION
Soutiens & actions
UNE


5 DERNIERS ARTICLES PUBLIES SUR LE SITE

* Carte Blanche - Papa Becaye Ba, 22 ans, fruit étrange
* Prix Littérature Vieillesse 2011
* Enjeux d’un traité international sur le commerce des armes conventionnelles
* Libye : NON à la guerre humanitaire !!!
* Les marchands d’armes, de braves petits épiciers comme les autres ?